Julie Bénédicte Lambert tisse des sculptures de papier : rang par rang, les fils de papier tissés forment une page, un volume, une œuvre. L’artiste façonne avec minutie la surface rigide et malléable née du tissage. Les objets tridimensionnels exposent alors leurs lignes à la fois épurées et sensibles.

Pour la créatrice, la structure du tissu est à la fois concrète – entrecroisement des fils – et abstraite – langue parlée. Textile et texte partagent la même racine étymologique ; le travail de la matière papier fusionne tissu et langage. Les métaphores avec le tissu sont légion. Que l’on pense à la trame de l’histoire ou à nos amitiés tissées serrées. Bien plus qu’un geste, tisser est une allégorie sur notre système de pensée. Julie Bénédicte Lambert imagine les mots organisés sur le papier tels les allers-retours du fil. Et les idées se touchent comme les bords d’un papier plié.

Son langage personnel, apaisant et abstrait, nous révèle une recherche formelle inspirée de la matière textile et des contraintes qu’elle engendre. Le papier en est le personnage principal : manipulé, organisé, froissé.  2013

https://player.vimeo.com/video/140462705?color=ffffff&byline=0&portrait=0« >http://

 

 

 

 

 

Publicités