Démarche

Démarche

Un rang à la fois, au métier à tisser, je construis des tissus à partir de fils de papier. Je façonne ensuite le papier tissé, surface rigide et malléable de manière à créer des volumes. En amont, j’explore les formes et les structures à l’aide de dessins et de maquettes. Il en résulte des sculptures abstraites autoportantes, proches du pliage.

Le tissage est né avant l’écriture. Produit de l’entrecroisement des fils, le tissu est un langage que l’humain a intériorisé à travers les siècles. Mes créations débutent avec la conviction que le procédé de fabrication textile est intimement lié à la façon dont est structurée notre langue parlée et écrite.

Mes gestes répétés, les allers-retours du fil et la composition de mes motifs font écho au travail d’une écrivaine qui retravaille la phrase, construit un récit et fait défiler la page. Notre manière de joindre les mots s’apparente à l’élaboration d’un tissu. Mes pièces puisent dans les multiples correspondances entre le tissage et l’organisation du langage.

Mon choix d’utiliser le papier comme matière première exprime le lien intrinsèque entre les mots texte et textile, qui partagent la même racine étymologique. Je file la métaphore jusqu’au bout.

Un geste à la fois

Dans cette courte vidéo tournée dans mon atelier de Montréal, je vous parle de mes idées, de la lenteur du travail de tisserande et de mon processus créatif.